Veines et voyages

Voici les recommandations aux patients qui partent pour un voyage de plus de 4 heures.

 

Cela, d'autant plus, s'ils présentent un risque veineux : varices,

antécédent personnel ou familial de phlébite (thrombose veineuse ou embolie pulmonaire), surcharge pondérale, traitement hormonal, cancer.

Ce qu'il faut faire :

 

- Hydratation : un litre d'eau pour 6 heures de voyages en avion, en voiture ou en bus.

- Ne pas prendre d'alcool ou de somnifères :

en provoquant un état de somnolence, l'alcool et les somnifères ne favorisent pas la mobilisation et de plus l'alcool a un effet diurétique (déshydratation).

- Lutter contre la stase veineuse : déambulation toutes les deux heures dans l'avion, stop toute les deux heures en voiture ou en bus et déambulation.

- En avion, faire des mouvements de flexion extension des chevilles : 15 toutes les 2 heures, de manière à activer la pompe musculaire du mollet et réduire la stase veineuse.

- Favoriser la respiration abdominale (technique Yoga)

- Porter des vêtements amples et confortables.

- Port systématique des chaussettes de compression de classe II.

 

Conclusions de l'étude de Scurr lors d'un vol longue distance : chez les voyageurs sans compression élastique, une phlébite surale a été retrouvée dans 10% des cas, alors qu'aucune phlébite n'a été retrouvée chez les voyageurs avec compression élastique.

 

- Pour les patients présentant un antécédent documenté de maladie thromboembolique veineuse :

Une injection à visée prophylactique d'HBPM (héparine à bas poids moléculaire), une heure avant le départ peut être proposée, idem pour le retour.